Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Morglaz Prog'

Soyez les bienvenus sur le blog de Morglaz Prog' ! Ici : reviews, impressions et histoires de concerts...

Festival Américain @Pitres

Alors de un j'ai bossé dimanche donc je n'ai assisté qu'à la moitié des festivités, de deux j'ai oublié mon appareil photo à la maison donc j'ai pris des photos avec mon téléphone et c'est pas franchement la folie. Mais vous pourrez retrouver davantage de photos de l'événement sur la page d'Atomik Radio, qui a couvert le festival.

Qui a passé un bon petit week-end ?

 

 

En ce dernier week end d'aout, c'était festival (pour pas changer). On est allé en petite délégation à Pitres, dans l'Eure, avec deux autres membres de l'asso Hatman prog. Vous savez pourquoi ? Parce qu'on faisait la prog' musicale de l'événement. Faut suivre un peu.

Et ça c'est des cacahuètes ?

C'était la toute première édition du Festival Américain de Pitres, organisé par l'association Père Noël. Etalé sur deux jours (le festival, pas le père Noël), il y avait tous les standards requis de l'american fest' de base : Les stands d'exposants, les voitures américaines, les motos, le graillon, le strip-tease, les pin ups, les concerts, re le graillon, la tombola, les patchs, les blousons de cuir et Johnny Halliday.

 

 

Ca a commencé sur un petit rythme, même si finalement on n'a pas vu la matinée passer ; à 14h on n'avait pas mangé !
Sachez que j'mets au moins un 12 sur 10 à la boustifaille parce que la carte était plus que suffisante : Au détour des classiques saucisses, merguez et américains, BAM ! UNE ANDOUILLETTE - FRITES ! De l'andouillette, aussi surprenante qu'inespérée, rôtie au barbeuc', moi qui pensais que le choix ne se limiterait qu'à des combinaisons de saucisses, merguez et de pain, boum, de l'andouillette. Voilà ça m'a fait ma journée.

Bref.

L'après samedi de ce premier midi, non, l'après midi de ce premier samedi, a été rythmé de quelques animations, qui ont manqué d'un peu de punch. Deux élections : Excellence moto, et excellence voiture.

Le vainqueur de l'élection de la plus belle moto, qui n'a pas volé son titre.
Le vainqueur de l'élection de la plus belle moto, qui n'a pas volé son titre.
Le vainqueur de l'élection de la plus belle moto, qui n'a pas volé son titre.

Le vainqueur de l'élection de la plus belle moto, qui n'a pas volé son titre.

Le vainqueur de l'excellence catégorie voitures, avec un superbe véhicule, en compagnie du Père Noël.

Le vainqueur de l'excellence catégorie voitures, avec un superbe véhicule, en compagnie du Père Noël.

Quelques chouettes voitures étaient présentes !
Quelques chouettes voitures étaient présentes !Quelques chouettes voitures étaient présentes !

Quelques chouettes voitures étaient présentes !

En fin d'après midi, le premier tirage au sort de la tombola a vu être récompensée une bonne dizaine de participants tandis que le gros lot était un gilet en cuir, qu'on voulait tous, évidemment. Pas de triomphe pour moi, malheureusement !

Y'avait un château gonflable et moi, j'travaille dans un château, un vrai, alors bon, j'me suis dit "oh, trololol, un château gonflable je vais le prendre en photo et le montrer a mes collègues", comme si mes collègues n'avaient jamais vu de château gonflable. Et genre je vais pour prendre la photo, et plus tard en la revoyant, oups ! Un magnifique photobomb !

 

Vous l'avez ?

Vous l'avez ?

M'enfin, passons.

En soirée, deux concerts. Les Collectors dans un premier temps, et alors franchement... Je m'souviens les avoir vu à Duclair l'été dernier. Les premiers morceaux ont servi d'appel mais c'est une interprétation impeccable de Baker Street qui a scotché tout le monde. Quelle âme, quelle force !

Je ne crois pas me tromper de beaucoup si je dis que le public a été conquis par cette reprise pour le moins saisissante. Public à point pour le morceau suivant, un titre de Johnny qui a fini d'emballer les spectateurs. Il faut dire que le son, géré par cet orfèvre de Franck Dhotel, était lui-même impeccable, ce qui rendait l'écoute vraiment agréable. "Dommage" que ce set ait été scindé en deux pour y intercaler les strip-teases. (oui, "dommage" entre guillemets parce qu'à mon avis, c'était pas dommage pour tout le monde...)

The Collectors sur scène.
The Collectors sur scène.

The Collectors sur scène.

Ce qui m'a plu dans The Collectors, c'est l'intensité musicale surprenante de quatre musiciens qui, de prime abord, ne sont pas forcément équipés des instruments les plus féroces : saxophone, basse, guitare électroacoustique, ukulele, bon, la batterie, c'est autre chose...
Et l'effort du chanteur à se caméléoniser (je me caméléonise, tu te caméléonises...), c'est à dire à s'adapter pour reproduire les particularités des voix qu'il reprend : le rauque de Johnny, le plaintif de Sirkis... Sans en faire des caisses.

De toute façon à part la grosse caisse et la caisse claire, sur scène il n'y avait que des fûts.

Place à la Distillery ! (fûts, Distillery... Non ? Ok je sors...)

Pour clore cette grande première, le hard rock Havrais avait fait le déplacement et alors là j'étais trop contente. Je vous ai déjà causé d'eux à l'issue du BW Fest alors je vais pas en refaire un pavé, mais quand même...

Encore une fois grâce à un son vraiment pas dégueu, on a passé un moment super agréable. Même si j'accroche pas forcément à toutes leurs mélodies et que je suis pas la fangirl absolue que je peux être parfois, ils ont un sens de la scène vraiment génial, et une base rythmique efficace qui force presque à taper du pied. Et j'adore "Prisoner Of Rock'n'Roll", je sais pas pourquoi mais je lui trouve un truc émouvant. Et le côté chaleureux de ce groupe qui partage tout avec le public, même le Jack, même le micro, même la scène, est à découvrir absolument. Ced, le chanteur, n'oublie jamais de remercier et de saluer ceux qui ont permis l'événement : orga, prog, sono et public. C'est bien de le souligner, parce qu'on aime les groupes aimables. Ca tombe sous le sens...

Le Distillery en pleine action !
Le Distillery en pleine action !
Le Distillery en pleine action !

Le Distillery en pleine action !

La soirée s'est donc terminée comme souvent avec la Distillery : plus de monde sur la scène qu'à son pied, à chanter des morceaux improbables, et des sourires sur toutes les lèvres.

Globalement, la journée s'est bien déroulée et ce festival a un joli potentiel, ne serait-ce qu'au regard de l'immense terrain a disposition et de la structure en dur accessible (pour les wc c'est le must).

Tout ce qui a manqué, c'est le public.

Alors on remet ça, pourquoi pas, l'année prochaine..?

Alors on remet ça, pourquoi pas, l'année prochaine..?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article